Dix mois au pays des mille collines: Bilan du INZU Lodge

Pendant le mois d’octobre, la construction de la réception et de la cuisine a beaucoup avancé. Puisqu’une image vaut mille mots, voici des photos du chantier du INZU Lodge.

Les murs de la réception sont pratiquement terminés

 Un maçon qui place les roches volcaniques pour monter le mur de la réception

 Les différentes sections de la cuisine

 Les murs de la cuisine sont pratiquement terminés

 Les fondations du gazebo ont commencé à être creusées

 Voici une vidéo du chantier du INZU Lodge

En septembre dernier, nous avions entrepris des démarches pour recevoir le certificat d’« Environnement Impact Assessment » (EIA). Un représentant était venu visiter le terrain. Suite à cette visite et à la présentation des plans de construction, nous avons obtenu l’approbation des autorités, sous certaines conditions et mesures qui visent à protéger et à sauvegarder l’environnement pendant l’exécution et l’exploitation du projet. Merveilleux !

Le National Land Center a également visité le site du INZU Lodge afin d’enregistrer le terrain au niveau national. Nous attendons toujours le contrat de location qui mettra fin aux procédures d’enregistrement de la parcelle. Espérons que ce dossier avancera un peu plus vite au mois de novembre.

L’institution en charge de l’électricité et de l’eau EWSA a procédé au raccordement de l’eau. Voici une photo de notre joli robinet !

Nous n’avons pas encore obtenu le branchement à l’électricité, car nous devons négocier les frais avec les voisins. À suivre en novembre…

Depuis le 1er janvier 2006, le Rwanda est divisé en quatre provinces (nord, sud, est et ouest) avec au centre la capitale Kigali. Les provinces, dirigées par des préfets, sont subdivisées en 30 districts (akarere). Ceux-ci sont découpés en 418 secteurs (imirenge) qui eux sont fractionnés en 9165 cellules (utugari). Finalement, le dernier maillon de cette chaîne s’appelle l’umudugudu. Ainsi, INZU Lodge est situé dans la province de l’ouest, district de Rubavu, secteur Nyamyumba, cellule Rubona, umudugudu Rurembo. C’est un très bon exercice de mémorisation! Je vous explique ceci, car, lorsque vous avez des problèmes de voisinage, vous devez vous référer aux différents niveaux administratifs.

Voici deux exemples !

Si un voisin essaye de vous subtiliser un bout de votre parcelle, vous devrez régler le problème avec le chef de votre umudugudu. Les deux parties seront convoquées et chacune fera valoir ses arguments (probablement devant plusieurs voisins curieux). Un accord à l’amiable sera conclu et les deux protagonistes iront sceller celui-ci devant un Fanta ou une bière. Le voisin coupable plantera de petits arbustes pour bien délimiter son terrain du vôtre. (Pourquoi j’ai une impression de déjà-vu moi ?!?)

Mais si un autre voisin vous accuse d’avoir construit une route sur son terrain, celui-ci ira se plaindre au district. Il vous fera parvenir une copie de la lettre accusatrice, en vous suivant jusque dans l’autobus qui vous ramène à Kigali. Sur celle-ci, il est fort probable qu’il vous identifie comme un Monsieur au lieu d’une Madame (ou vice-versa)! Le district devra venir visiter les « dommages » et déterminer le coupable. Les démarches seront alors beaucoup plus longues. Suite dans le prochain épisode « Les voisins »!

À Kigali, j’habite dans le umudugudu Kalukamba. Les habitants d’un umudugudu, le dernier samedi du mois, en avant-midi, doivent participer à Umuganda. L’Umuganda, ce sont des travaux d’intérêt général, c’est-à-dire que vous faites du bénévolat pendant une matinée dans votre quartier. Vous pouvez faire de l’élagage, nettoyage des rues, terrassement, peinture, construction, etc. Les travaux sont prévus en fonction des besoins des habitants. Une rencontre est également au programme afin de faire des annonces importantes.

Depuis plusieurs mois, je voulais participer à Umuganda, mais je ne savais pas où se tenaient les rencontres. Ce matin, en vous écrivant, j’ai entendu les gens faire Umuganda devant chez moi. Je suis donc sortie dans la rue pour les voir travailler. Un monsieur s’est approché de moi et m’a invitée à me joindre à eux. Cet homme n’était nul autre que l’honorable ministre Kanimba François, The Minister of Trade and Industry. Puisqu’il habite sur la même rue que moi, nous faisons partie du même umudugudu. Je lui ai demandé si tous les ministres du Rwanda participent à Umuganda. Selon la loi, tous les Rwandais sont obligés de prendre part à ces travaux. Ainsi, ce matin, le ministre, et environ deux cents personnes ont creusé des trous pour planter des arbres sur ma rue. Ensuite, les gens se sont regroupés pour la rencontre d’information. Ils ont d’abord discuté de la mutuelle (assurance maladie pour les Rwandais), des cotisations financières que chacun d’entre eux doit faire pour aider l’école du quartier, de la sécurité la nuit, du système de microcrédit appelé SACCO Umurenge qui permet aux gens défavorisés d’avoir un compte bancaire et d’obtenir de petits crédits. La responsable du umudugudu a animé la rencontre et plusieurs personnes, dont le ministre, ont pris la parole. Le ministre m’a invitée à venir dire quelques mots. Je me suis présentée à mes deux cents voisins et voisines!!! La rencontre a pris fin vers midi et tout le monde est rentré chez soi.

Puisque je vis à Kigali depuis plus de dix mois, je ne suis plus admissible au régime d’assurance maladie de mon pays. J’ai donc dû contracter une assurance médicale rwandaise (CORAR). Au mois d’octobre, j’ai commencé à l’utiliser en allant visiter d’abord le dentiste. La clinique était équipée des mêmes instruments de torture qu’une clinique américaine ou européenne. J’avais demandé au dentiste de me faire un nettoyage et une radiographie, afin de m’assurer que je n’avais pas de caries. Le dentiste a examiné mes dents et a conclu que je n’avais pas besoin ni d’un nettoyage, ni d’une radiographie, mais qu’on devait couper les gencives de mes incisives inférieures. Pardon ? Selon lui, puisque j’ai une bonne hygiène buccale je n’ai pas besoin du nettoyage et pas de caries!!! J’ai donc demandé pourquoi il fallait couper mes gencives. Parce qu’elles pourraient peut-être causer des problèmes plus tard… Euh… mon dentiste canadien ne m’a jamais parlé de ça!!! J’ai dit « non merci » et je suis partie!

Ensuite, j’ai pris rendez-vous avec un dermatologue. Puisque j’ai beaucoup de grains de beauté, tous les six mois je dois me faire examiner, pour m’assurer qu’aucun ne se transforme en cancer de la peau. J’ai donc expliqué mon cas au dermatologue. Celui-ci, en regardant mes bras, m’a dit qu’il devait enlever tous les naevi (nom scientifique pour grain de beauté) qui sont bombés!!! J’ai demandé pourquoi et il m’a répondu qu’ils pourraient peut-être, un jour, être dangereux. Ma dermatologue, au Canada, me suit depuis plusieurs années et elle n’a jamais mentionné quelque chose comme ça. Alors, j’ai dit « non merci » et je suis partie!! Suite à cette deuxième rencontre avec un professionnel de la santé rwandais qui voulait me « charcuter », je commençais à être un peu sceptique. J’ai quand même décidé de prendre un autre rendez-vous avec un deuxième dermatologue. Deux avis valent mieux qu’un. Cette fois-là, ce fut tel que je me l’imaginais. Le médecin m’a bien examinée et a conclu que tout allait bien. Merci !!! Pas de bistouri!!

Voilà un autre mois qui s’achève. Le temps passe vite et bientôt une année sera écoulée. La température est toujours très agréable (entre 25° et 17° Celsius) et la petite saison des pluies (septembre à décembre) nous apporte des averses et quelques journées nuageuses, mais rien de dramatique. À tous ceux qui vivent dans l’hémisphère nord je vous souhaite un très bel automne.

Publicités

6 réflexions sur “Dix mois au pays des mille collines: Bilan du INZU Lodge

  1. Nancy dit :

    Je suis carrément IMPRESSIONNÉE!!!!
    Un rêve qui devient réalité, c’est vraiment émouvant!
    Bravo, bravo et re-re bravo mon amie!
    Tu es un exemple de persévérance et d’accomplissement!
    T’es HOT!!!!

  2. Anni dit :

    Wow, Marie !! C’est plus que vrai maintenant… c’est tangible et ça prend drôlement forme ton projet. Au-delà des mots, des idées, du projet sur papier, les structures qui se dressent pierre par pierre sont vraiment le signe que ce n’est plus seulement qu’un rêve mais bien réel… C’est avec un réel plaisir que j’ai regardé les photos et surtout la vidéo qui me fait presque sentir comme si j’étais là. La vue sur le lac tout près est tout à fait magnifique ! L’emplacement est parfait 🙂 C’est merveilleux. Bravo !

  3. Diane Boisvert dit :

    Salut ma petite cocotte!
    Je te suis pas à pas dans ton projet même si je ne me manifeste pas. Tu es très souvent dans mes pensées, je ne t’oublie pas ! Je suis tellement fière de toi ! Tu es une fille qui va au bout de ses rêves, tu es un exemple pour tous !

    Je t’embrasse très fort !

    Diane B.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s