Deux mois au pays des mille collines : bilan du INZU Lodge

Voilà déjà deux mois que j’ai posé mes valises au Rwanda. Le bilan du premier mois était très positif. Le deuxième l’est tout autant, même si je dois faire face à certains défis. Comme vous le savez, février a été consacré à chercher un endroit pour construire le INZU Lodge. J’ai visité de magnifiques sites à Ruhengeri, Gisenyi et Kibuye. Le terrain à Ruhengeri a été vendu et j’attends toujours de connaître les prix de ceux de Gisenyi et Kibuye. Vous pouvez encore laisser vos commentaires à propos de votre terrain préféré en cliquant sur les liens suivants. Vos observations m’aideront à prendre ma décision.

Pour faciliter l’entreprenariat, le Rwanda Developement Board (RDB) a instauré un processus rapide et simple pour l’enregistrement de votre entreprise. Son slogan est quelque chose comme : « One desk, one step, one day! ». J’ai passé assez facilement à travers « l’unique » étape pour enregistrer le INZU Lodge. J’ai présenté les formulaires requis et j’ai payé les 25 000 frw. Quelqu’un a vérifié si j’avais bien rempli les documents et m’a dit de revenir dans 24 heures pour récupérer mon « Certificate of domestic company registration ». Le lendemain, lorsque je suis retournée, une des machines était brisée, il était donc impossible de me donner mon certificat. L’employée m’a demandé de revenir le jour suivant et s’est excusée pour le délai. C’est donc 48 heures plus tard, ce qui est tout de même assez exceptionnel, le 15 février 2011, que le INZU Lodge est devenu officiellement une entreprise au Rwanda.

INZU Lodge Ltd : Company code 102243918

Pendant le mois de février, j’ai expérimenté quelque chose que je n’avais pas le droit de faire pendant mon stage Québec sans Frontières : prendre un taxi-moto! La raison de cette interdiction est très simple. Comme tout chauffeur qui se respecte au Rwanda, les conducteurs de taxis-motos se prennent eux aussi pour des pilotes de course. Ma première expérience a été un mélange d’excitation et d’appréhension. J’ai prié pendant tout le trajet afin que le Tout-Puissant nous protège et que je ne finisse pas en bouillie. Jusqu’à maintenant, j’ai expérimenté quelquefois ce moyen de transport qui est très pratique, malgré son côté aventurier. Je l’utilise seulement quand je n’ai pas vraiment d’autre choix et je prie tout autant pour arriver à destination avec tous mes morceaux .

Après l’obtention de mes documents d’enregistrement du INZU Lodge, je suis allée au Rwanda Directorate General of Immigration and Emigration afin de modifier mon visa. J’ai présentement un « travel » visa qui me donne le droit de rester au Rwanda jusqu’au 31 mars 2011. Pour poursuivre les démarches d’ouverture du INZU Lodge, je dois obtenir un « business » visa qui me donnera le droit de rester au Rwanda pendant un an et qui sera renouvelable annuellement. Pour qu’on m’accorde ce visa, je dois présenter plusieurs documents, dont une copie originale d’un certificat de la police canadienne… que je n’ai pas!!! Et vous croyez que c’est simple d’en obtenir un? Pas du tout! Je dois me rendre dans un service de police au Rwanda pour faire prendre mes empreintes digitales. Ensuite, je dois les envoyer à la Gendarmerie royale du Canada qui vérifiera mon dossier et me retournera le FAMEUX certificat d’antécédents judiciaires. Je n’ai pas encore trouvé l’endroit où on pourra prendre mes empreintes, mais ce sera mon objectif de la prochaine semaine. En attendant ce papier, le Rwanda m’accordera un « business » visa temporaire d’une durée de trois mois.

Au cours du mois, j’ai participé à quelques activités culturelles. Le restaurant Heaven offre tous les samedis une soirée « Saturday movie ». Au Rwanda, il n’y a pas, à ma connaissance, de salle de cinéma qui diffuse les derniers films européens ou américains. Le restaurant Heaven a donc eu la brillante idée de faire des soirées « movies » pour les expatriés en manque de septième art. Pour 2 500 frw vous avez votre entrée et un sac de maïs soufflé. Vous pouvez aussi  manger en regardant le film pour la modique somme de 7 500 frw. J’ai assisté à la représentation du magnifique film The King’s Speech, avec l’excellent Colin Firth qui est en nomination pour l’Oscar du meilleur acteur (nous saurons ce soir s’il le remportera).

Je suis allée visiter le Museum of Natural History, à Kigali. Ce petit musée est installé dans la maison de l’explorateur allemand Richard Kandt. Il a pour mission de faire découvrir l’évolution de la nature et l’interdépendance entre l’environnement et les humains. On y présente tous les types de roches et de minéraux qu’on retrouve au Rwanda. On y explique où est la source du Nil (un sujet qui suscite la polémique entre l’Égypte et les pays limitrophes du Rwanda). On peut voir des animaux empaillés qui vivent dans le parc Akagera. Bref, un musée qui a un grand potentiel, mais où il manque, selon moi, beaucoup d’informations. Le Rwanda possède trois parcs nationaux : le parc de l’Akagera, le parc des Volcans et le parc de Nyungwe. La faune et la flore du Rwanda sont donc riches et diversifiées. Espérons que le musée ajoutera dans les années à venir davantage de renseignements, de photos et de maquettes pour illustrer cette richesse qu’il abrite.

Une façon agréable de découvrir Kigali et ses environs est de participer au KIGALI HASH HOUSE HARRIERS. Je n’ai pas encore eu la chance de me joindre à ce groupe de marcheurs composé d’hommes et de femmes (rwandais et expatriés) qui parcourent Kigali et d’autres lieux du Rwanda, tous les samedis après-midi et apprécient les rafraîchissements post-exercice. Mais j’espère bien l’essayer au mois de mars.

Comme bien des peuples, les Rwandais aiment leur langue, le kinyarwanda. Souvent, lorsque je suis en compagnie de Rwandais, ils me demandent si je parle cette langue et quels sont les mots que je connais. Mon vocabulaire se limitant à une dizaine de mots, j’ai décidé de commencer des cours de Kinyarwanda. J’ai eu mon premier cours la semaine dernière et j’ai pu pratiquer le soir même. J’ai pris un taxi-moto pour me rendre chez un ami et j’ai donné l’adresse au chauffeur (pilote de course) dans sa langue. Et j’ai réussi ! Je suis arrivée au bon endroit (avec tous mes morceaux!).

Les plans du INZU Lodge sont pratiquement terminés. Malheureusement, le projet tel que je l’avais pensé coûte beaucoup trop cher. Je dois trouver une façon de diminuer les frais de construction, car sinon je ne pourrai pas réaliser mon projet. Aussi, j’aimerais avoir votre opinion et vos suggestions sur quelques idées. Le concept de dormir dans une hutte traditionnelle rwandaise tient toujours. D’ailleurs, vous pouvez consulter cette page pour comprendre en quoi consiste l’expérience. La salle de bain est à l’extérieur de la hutte et est moderne.

Là où le concept doit changer, c’est au niveau du bâtiment principal. Je voulais construire une maison qui aurait abrité la réception, une salle à manger et une terrasse. Une autre bâtisse aurait servi de cuisine et de dortoir pour les employés. Afin de diminuer les coûts, je dois donc construire une petite hutte où sera logée seulement la réception. Nous pourrions faire une terrasse extérieure pour que les clients puissent prendre leur petit-déjeuner. Afin de maximiser l’expérience culturelle rwandaise, je pourrais m’associer avec des familles qui habitent près de l’hôtel et leur demander s’ils veulent recevoir des clients pour un repas. Ce concept de « manger chez l’habitant » se retrouve dans plusieurs pays. Au Rwanda, il n’est pas du tout développé. Si vous avez d’autres idées pour diminuer les frais, n’hésitez pas à m’en faire part. Je crois toujours à la réussite du projet, mais je dois avoir les moyens de mes ambitions!

Vous pouvez également participer à un petit sondage en suivant ce lien: sondage. Vous me permettrez de connaître vos préférences lors d’un voyage en Afrique.

Finalement, le mois de février a été très occupé, mais très prometteur. En mars, je devrai prendre des décisions importantes soit retourner vivre au Canada ou rester au Rwanda, poursuivre le projet ou chercher un emploi. Je vous remercie de vos mots d’encouragements et de participer avec moi à cette belle aventure.

Publicités

4 réflexions sur “Deux mois au pays des mille collines : bilan du INZU Lodge

  1. Sophie Labelle dit :

    Wow Marie, que de chemin parcouru encore une fois ! Pour le choix des terrain, j’avoue que c’est assez déchirant, car il y a des points forts et des points faibles pour chacun d’eux. Je te dirais que la vue du 3e terrain est effectivement à couper le souffle. Toutefois, ce qui est aussi intéressant pour le 2e, est qu’il est situé dans une ville que tu dis touristique. Qui a-t-il à Gisenyi ? Il est certain que le 1er terrain près de Kigali semblait le jack pot, avec les volcans, les gorilles pas trop loin et Kigali tout près aussi. Toi comme touriste, qu’aurais-tu aimé faire comme itinéraire ? Avec une semaine, deux semaines, trois semaines ou un mois de vacances ? Il faut penser à toutes ces possibilités. A-t-on le temps de beaucoup se déplacer ? Est-ce préférable que tout soit à proximité ? Le 2e terrain, est près du Congo. Est-ce facile de traverser les frontières et de faire un voyage dans les deux pays par exemple ? Bonne chan pour la suite :o)

  2. Colette Cummings dit :

    Tes textes sont vraiment très vivants, on a l’impression que tu es tout près… Les textes sont riches et bien documentés c’est facile pour moi de te suivre dans l’évolution de ton projet. Il est évident que le projet tel que tu l’envisageais est plus cher, mais j’aime l’idée de déjeuner dehors sur une terrasse pour vivre dans la nature. En ce qui concerne les commodités, lors d’un tel voyage on s’y atteint donc, ne t’en fait pas pour ce côté typique. Au plaisir de te lire d’ici la fin de la semaine. On est avec toi, « by the way, comment va ta vie à toi ? » as-tu le soutien des personnes que tu avais connues, sont-ils toujours présents dans ton quotidien ? Bon courage et prends soin de toi.

  3. Marie-Choux dit :

    Contente d’apprendre que tu suis des cours de Kinya!! Pour le terrain, je pense que les 2 options sont vraiment intéressantes, chacune pour différentes raisons… quand tu auras des prix, j’imagine que ce sera plus facile de trancher… sans doute que Gisenyi sera plus dispendieux! Enfin, lâche pas la patate et je suis toujours contente de te lire et de te suivre dans cette belle aventure! As-tu revu Marie-Belle, Chantale et Nicolette dernièrement? Enfin, si tu les vois, passe leur un beau bonjour de ma part!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s