Cinq mois au pays des mille collines: bilan du INZU Lodge

Dans mon dernier bilan, je vous ai laissé sur un suspense, car mon visa expirait le 30 avril 2011. Donc, au mois de mai, me suis-je retrouvée  en situation d’illégalité au Rwanda puisque je ne pouvais pas fournir un certificat de la police canadienne à The General Directorate of Immigration and Emigration ? Eh bien non! Je vous rassure. L’immigration m’a accordé un deuxième visa temporaire, d’une durée de trois mois, en attendant d’avoir le document de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Plus merveilleux encore,  la GRC a finalement émis mon certificat et une bonne amie (merci Mariette) me l’a envoyé au Rwanda. Il est présentement quelque part entre le Canada et le Rwanda. Je devrais le recevoir dans les prochains jours. Ceci mettra fin à la saga du visa puisqu’on m’accordera un visa d’une année, et pour son renouvellement je n’aurai pas besoin d’un nouveau certificat de la police. La morale de cette histoire : si vous désirez vous installer au Rwanda, apportez avec vous une copie originale d’un certificat d’antécédent judiciaire de votre pays de résidence!

Une nouvelle saga a commencé en mai… Maintenant que je peux prouver que je ne suis pas une criminelle au Canada, je dois fournir une attestation de célibat! Je dois confirmer que je n’ai jamais été mariée (ou que ma vie amoureuse est un « flop »). Pendant le mois de mai, des démarches ont été entamées afin d’obtenir un document ESSENTIEL pour le terrain : la fiche cadastrale. Pour l’émettre, le district a besoin de nombreux papiers, dont une attestation de célibat (ou de mariage), car au Rwanda, si je suis mariée, mon mari devient également propriétaire de la parcelle. Lire la suite

Publicités

Haricots et empreintes digitales au Rwanda

Cette semaine, j’ai appris deux choses essentielles si je veux habiter au Rwanda : cuire des haricots et obtenir mes empreintes digitales. Le lien entre les deux? Aucun, sinon que les deux demandent beaucoup (beaucoup) de patience!

Les haricots font partie du régime alimentaire quotidien des Rwandais. Un repas n’est pas complet sans ces légumineuses. Ayant grandi dans une ville où les aliments « prêts à manger » sont abondants, pour moi les haricots poussent à l’intérieur de cannes (pour les non-Québécois: boîtes) de conserve, tout comme le lait provient d’une pinte et le poulet d’une barquette en styromousse (mousse de polystyrène). J’exagère à peine! Je ne m’étais jamais questionnée sur les étapes de préparation des aliments avant que ceux-ci n’arrivent au supermarché. Mais au Rwanda, les gens savent encore cuisiner à partir de produits frais. Alors, vous pouvez acheter votre lait  directement de la ferme. Vous pouvez plumer vous-même une poule pour votre souper et… préparer les haricots à partir des fèves sèches. C’est ce que j’ai fait, avec l’aide, bien entendu, d’une amie rwandaise.

Lire la suite

Deux mois au pays des mille collines : bilan du INZU Lodge

Voilà déjà deux mois que j’ai posé mes valises au Rwanda. Le bilan du premier mois était très positif. Le deuxième l’est tout autant, même si je dois faire face à certains défis. Comme vous le savez, février a été consacré à chercher un endroit pour construire le INZU Lodge. J’ai visité de magnifiques sites à Ruhengeri, Gisenyi et Kibuye. Le terrain à Ruhengeri a été vendu et j’attends toujours de connaître les prix de ceux de Gisenyi et Kibuye. Vous pouvez encore laisser vos commentaires à propos de votre terrain préféré en cliquant sur les liens suivants. Vos observations m’aideront à prendre ma décision.

Lire la suite