My big fat « Rwandan » wedding!

Non ceci n’est pas le titre d’un prochain film à gros budget hollywoodien, même si pour se marier au Rwanda il est préférable d’avoir un portefeuille bien garni! Tout comme la communauté grecque, les Rwandais, quand il s’agit de mariage, font dans le « big » et le « fat ».

L’institution du mariage, comparativement à plusieurs pays occidentaux, reste une étape importante (voire cruciale) dans la vie des Rwandais. Hommes et femmes,  âgés entre la mi-vingtaine et le début de la trentaine, cherchent un(e) partenaire pour fonder un foyer. Puisqu’il n’est pas bien vu d’habiter avec son (sa) conjoint(e) et d’avoir des relations sexuelles avant le mariage, les Rwandais doivent rapidement officialiser leur union. Alors, pourquoi ne pas inviter la famille proche, la famille qu’on n’a pas vu depuis longtemps, les collègues de travail, les amis, les amis des amis et ceux qu’on ne connait pas, mais qui ont un lien quelconque avec nous, pour célébrer cet événement?

Pas si vite messieurs, dames! Avant que l’union puisse être consommée, les futurs époux devront passer par trois cérémonies : civile, traditionnelle et religieuse. Celles-ci peuvent être célébrées au cours d’une seule journée (ce que j’appelle un « wedding sprint ») ou étalées sur plusieurs jours, même plusieurs mois (le « wedding marathon »). Mais, que les familles choisissent l’une ou l’autre de ces options, les trois cérémonies se ressembleront. Tel un scénario de film de « filles », voici les trois étapes cruciales d’un mariage rwandais.

Choisissons d’abord des fiancés fictifs : Roberta et Juste ! Nos deux tourtereaux se sont rencontrés sur le parvis de l’église, un beau jour ensoleillé. Après quelques rendez-vous où leurs yeux brillaient et leurs cœurs étaient remplis de joie, ils ont décidé de s’unir devant Dieu, la famille et la moitié de la ville ! Suite à cette décision, les deux familles ont tenu plusieurs réunions pour planifier les trois cérémonies et déterminer la contribution (financière) de chacun pour mettre en place le « big fat Rwandan wedding ». Prêts, pas prêts, marions-nous !

Première étape : l’union civile

Cette première étape est peut-être la plus simple et la moins romantique. Dans notre scénario cette scène devrait être brève! Quelques membres de la famille de Roberta et de Juste vont se rencontrer devant les bureaux du district. Avec leur escorte, les fiancés devront signer des papiers « officiels » qui confirmeront auprès des autorités locales que Roberta veut bien épouser Juste (et vice-versa). Dans la réalité, cette scène pourra durer quelques heures, car, bien entendu, quelqu’un d’important sera en retard (belle-maman est encore chez le coiffeur), on ne trouvera pas les bons papiers, les « autorités » auront un dossier plus urgent à régler, etc. Bref, l’important ici est que nos deux soupirants unissent leurs signatures sur un document administratif.

Fin de la scène « Union civile ».

Deuxième étape : la cérémonie traditionnelle, ou plus communément, la « dot »

Dans le cœur des Rwandais, cette cérémonie est probablement la plus importante des trois, car c’est ici que les traditions et la culture rwandaises sont les mieux représentées. D’ailleurs, les futurs époux, les garçons et les demoiselles d’honneur ainsi qu’un bon nombre d’invités porteront les habits traditionnels appelés mushanana. C’est pour cette raison que la majeure partie de notre « wedding movie » sera consacrée à la dot.

Mushanana

Habits traditionnels rwandais

Retrouvons Roberta et Juste.

Lors de la dot, c’est la famille de Roberta qui recevra à la maison familiale les centaines d’invités (vous avez bien lu « les centaines », car généralement il y a +/- 200 invités à une dot). Si la maison est trop petite, on louera un endroit qui permettra d’installer les deux grandes tentes blanches (face à face) et une troisième, un peu plus petite, qui sera située entre les deux. Ces trois tentes seront décorées avec tous les objets d’artisanat traditionnel rwandais (paravents, paniers, etc.).

Lorsque tous les membres de la famille de Roberta seront arrivés, ce sera autour de la famille de Juste de faire son entrée.

La famille de la future mariée attend l’arrivée du futur marié

La famille du futur marié fait sont entrée !

Chacune des familles sera assise dans sa tente respective et les chefs seront placés à l’avant. Nos deux acteurs principaux seront très peu impliqués dans cette scène. La future mariée sera cachée dans la maison et le futur époux sera assis derrière sa famille. Ni les parents de Roberta, ni ceux de Juste ne participeront à cette « transaction ». Les deux familles ont délégué des représentants pour négocier la dot que la famille de la fiancée recevra. Les acteurs sont en place, la scène de la dot peut commencer !

Les chefs de famille vont entamer une longue discussion, souvent dans un kinyarwanda ancien, que même parfois les Rwandais ne comprennent pas. Ils vont se saluer, présenter leur famille, échanger des boissons, partager des cadeaux, régler des conflits (réels ou imaginaires), avant même de seulement mentionner le pourquoi de cette rencontre, c’est-à-dire, unir Roberta et Juste !

Cette cérémonie est toujours improvisée et très humoristique. Après plusieurs minutes d’échange, la famille du marié va aborder le sujet de l’heure en demandant si, « par hasard », Roberta ne serait pas présente?! La famille de la fiancée répond généralement qu’elle est partie à l’extérieur de la ville, en voyage, étudier dans un autre pays, etc. Bref, elle n’est pas là, mais sa sœur ou sa cousine est libre. Vous voyez le genre? Une nouvelle discussion débute jusqu’au moment où finalement la famille de la mariée accepte d’accorder la main de Roberta à Juste. C’est à ce moment que les chefs se retireront pour aller négocier ce qui sera la dot : Inkwano.

La dot, en kinyarwanda l’Inkwano, est le cadeau que le fiancé doit faire à la famille de sa bien-aimée. Au Rwanda, la dot prend souvent la forme d’une ou de plusieurs vaches. Même si aujourd’hui, plusieurs familles urbaines ne donnent plus de vaches mais de l’argent, pendant les discours et la négociation elles parleront toujours de vaches.

Je dois faire ici une parenthèse pour expliquer l’importance des vaches dans la culture rwandaise. Même si celles-ci ne se promènent pas librement dans les rues de Kigali, comme les vaches sacrées de l’Inde, elles ont une grande valeur affective et économique. Elles font partie du langage courant, car plusieurs expressions et proverbes en kinyarwanda lui sont consacrés. Dans son livre « Le gros bétail et la société rwandaise: évolution historique des XIIe-XIVe siècles à 1958 », Jean-Népomuscène Nkurikiyimfura donne une centaine d’exemples. En voici un que j’aime bien…

Imana ikunanurira ita kweretse ilebe = Dieu te fournit du lait sans te montrer son pis.

Le produit de la vache, le lait, est tout aussi précieux! Ainsi, sa consommation est régie par bon nombre de règles, telles que ne pas boire debout et ne jamais refuser un verre de lait. C’est pourquoi cette boisson fera également partie intégrante de la dot et du mariage. Fin de la parenthèse!

Les chefs ont finalement décidé du nombre de vaches que la famille de la fiancée recevra. Entrent en scène maintenant les vachers (personnes qui gardent les vaches!) qui vont apporter les bêtes pour les montrer à toute l’assemblée. Bien entendu, lorsque la dot se déroule au milieu de la ville, les vaches sont absentes de la cérémonie. Mais les vachers vont quand même réciter leurs petits poèmes sur l’importance des vaches dans la culture rwandaise.

Vacher avec ses vaches

Maintenant, nos acteurs principaux peuvent entrer en scène. Juste et ses garçons d’honneur iront s’asseoir sous la petite tente.

Roberta arrivera accompagnée de ses demoiselles d’honneur et de plusieurs danseurs traditionnels.

Roberta ira saluer les chefs de la famille de son futur époux. Ensuite, elle rejoindra Juste sous la petite tente. Celui-ci lui offrira une bague qu’elle portera dans le majeur de la main gauche (on utilisera l’annulaire pour la cérémonie du mariage).

Les futurs mariés ainsi réunis s’échangeront des cadeaux. Ils iront saluer leurs nouvelles familles et offriront un présent aux beaux-parents.

La fête continuera avec d’autres danses traditionnelles.

Roberta et Juste quitteront la tente, avec leur escorte, pour aller dans une pièce de la maison prendre une tasse de lait. Ce moment est symbolique, car il doit donner au couple la fertilité.

Finalement, les deux familles se sépareront. Juste et sa suite se retrouveront à la maison. Les chefs expliqueront aux autres membres qui ne pouvaient pas être présents, comment s’est déroulée la cérémonie.

De sont côté, la famille de Roberta servira un repas (ou un « fanta ») à ses invités, et les chefs feront un résumé de la cérémonie.

Fin de la scène de la dot !

Troisième étape : la cérémonie religieuse

Maintenant que Roberta et Juste se sont unis civilement et que la dot est terminée, l’union devant Dieu peut maintenant avoir lieu. Selon la religion des époux (catholique ou protestante), la cérémonie religieuse se tiendra sous la supervision d’un prêtre ou d’un pasteur. Cette scène ressemble aux nombreuses cérémonies chrétiennes célébrées partout dans le monde. La mariée est habillée de blanc et le mari porte un costume. Un échange de bagues et de vœux est effectué devant parents et amis, sous un chapiteau, à l’église ou dans une salle louée pour l’occasion.

Voilà ! Nos deux amoureux sont enfin unis pour la vie ! La fête pourra maintenant commencer…

Tous les invités (plusieurs centaines) sont conviés dans une immense salle pour accueillir les nouveaux mariés. Les chefs de famille (les mêmes que pendant la dot) feront des discours et offriront leurs vœux aux époux. Des danses traditionnelles seront présentées.

Ceux qui ont apporté des cadeaux pourront les offrir en faisant eux aussi de petits discours. Selon le budget du « big fat rwandan wedding », un repas sera offert aux invités. Sinon, des boissons pétillantes (Fanta) seront distribuées. Finalement, les mariés couperont le gâteau.

Généralement, après cette réception, les invités participeront à une soirée où ils pourront danser et s’amuser avec les nouveaux époux jusqu’aux petites heures du matin. Mais puisque Roberta et Juste sont plutôt traditionnels, voyons voir comment le « big fat rwandan wedding » se terminera.

Roberta et Juste, avec les membres de leur famille proche, partiront de la fête pour se réunir dans la maison où ils habiteront. Dans leur chambre, on refera la cérémonie du lait. Pendant ce temps, les familles apporteront nourriture et boissons à l’intérieur de paniers traditionnels Agaseke. Toutes les victuailles offertes aux nouveaux mariés leur permettront de ne pas quitter la maison, au cours des prochaines semaines, afin que de leur union un enfant soit conçu. Finalement, la belle-maman de Roberta lui coupera une mèche de cheveux. Cette dernière pourra ainsi sortir de la maison et contribuer financièrement à la prospérité du couple.

C’est ainsi que Roberta et Juste vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants !

Advertisements

5 réflexions sur “My big fat « Rwandan » wedding!

  1. Francine dit :

    Ouf, c’est toute une aventure ces mariages. Merci beaucoup de si bien nous compter la vie rwandaise.
    J’en profite pour de donner de Gros bisous XXX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s