Souvenirs du Rwanda: le thé des mille collines

Dans ce troisième article de la série « souvenirs du Rwanda », j’aimerais vous faire déguster ou du moins apprécier, le thé du Rwanda. Le thé est le deuxième breuvage le plus consommé au monde, après l’eau! C’est à la fin du XIXe siècle que les premiers champs de thé on fait leur apparition en Afrique. Les Anglais, pour s’assurer un approvisionnement varié, développèrent les premières cultures de thé en Afrique du Sud. Plus tard, les colons allemands expérimentèrent la culture du thé sur les pentes du Mont Cameroun (Cameroun), ainsi qu’en Tanzanie. Au cours du XXe siècle, d’autres pays africains tels que le Kenya, le Zimbabwe, le Mozambique, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Malawi et le Rwanda, se sont convertis à la culture du thé. Aujourd’hui, le continent africain représente un acteur important dans le marché mondial du thé.

Le théier (Camellia sinensi) pousse dans les régions au climat chaud et humide, qui bénéficient de préférence de pluies régulières réparties sur toute l’année. Le Rwanda avec son sol acide et volcanique ainsi que ses conditions climatiques tempérées favorisent la culture du thé, particulièrement dans les régions des montagnes occidentales et méridionales. Les premières cultures de thé au Rwanda remontent aux années 1950, près de Cyangugu.

 Champs de thé à Nyungwe au Rwanda

Aujourd’hui, au Rwanda, on compte 8 usines de thé gérées par des entreprises privées et 2 usines appartenant à l’Office des Cultures Industrielles du Rwanda Office du Thé (OCIR THE)

 Carte des usines de thé au Rwanda – OCIR THE

Les entreprises privées

  • Gisovu (Province de l’ouest à environ 40 km de Kibuye/Karongi) : cette usine a été vendue en février 2011 à Borelli Tea Holdings and McLeod Russell India. Elle produit annuellement environ 1,7 million de kilogrammes de thé.
  • Rwanda Mountain Tea (Nyabihu et Rubaya) (Province du Nord) : en août 2006, le gouvernement du Rwanda a cédé ses parts sur le thé de Nyabihu et de Rubaya à l’entreprise Rwanda Mountain Tea. Les deux plantations ont une superficie totale de 1,3 hectare et produisent plus de 3 millions de kilogrammes de thé par année. Suivez le lien pour connaître leurs produits Photos de l’usine de Nyabihu
  • Gisakura (Province de l’ouest, près de la route Butare-Cyangugu) : cette usine a été construite en 1972 et compte aujourd’hui plus d’un hectare planté. L’entreprise Jay Shree Tea & Industries Ltd semble intéressée par l’usine de Gisakura et de Mata. Photos de l’usine de Gisakura
  • Mata (Province du sud, à 17 km de la route Butare-Cyangugu) : cette usine a été construite en 1981 et sa superficie plantée est d’un peu moins qu’un hectare.
  • Kitabi (Province du sud, à 4,5 km de la route Butare-Cyangugu) : depuis 2009, cette usine appartiendrait à 60 % à Rwanda Mountain Tea. Elle fut construite en 1977. Sa surface de plantation est d’un hectare.
  • Sorwathe (Cyohoha) (Province du Nord) : un des leaders de l’industrie du thé au Rwanda. L’usine Cyohoha est située à Kinihira. Vous pouvez la visiter en faisant une demande au siège social à Kigali (téléphone : 02 52 57 85 16, courriel : sorwathe@rwanda1.com) Elle produit plus de 3,5 millions de kilogrammes de thé annuellement. L’entreprise s’implique beaucoup dans la communauté. Elle a investi 70 000 $US dans la construction de la bibliothèque publique de Kigali. Sorwathe est récipiendaire de nombreux prix et reconnaissances.
  • Pfunda (Province du Nord) : cette usine appartient à Imporient (UK) Ltd, une compagnie qui a des bureaux aux United Kingdom et au Kenya. Photos de l’usine de Pfunda
  • Nishili-Kivu (Province de l’ouest)

Les usines gérées par l’Office des Cultures Industrielles du Rwanda Office du Thé (OCIR THE)

  • Mulindi (Province du Nord) : cette usine a été ouverte en 1960 et est l’une des plus grandes du pays. Sa surface de plantation est d’environ 2 hectares.
  • Shagasha (Province de l’Ouest) : cette usine a été construite en 1968. Elle se situe à environ 10 km de Cyangugu. Sa surface de plantation est d’environ 1,5 hectare

Il y existe trois types de thé : noir, vert et Oolong (ou rouge). Ces trois types de thé proviennent de la même feuille de thé qui a été traitée de différentes façons : non fermenté, partiellement fermenté et complètement fermenté.

Le thé vert est un thé très peu oxydé (fermenté) lors de sa fabrication. « Après la cueillette, les feuilles du théier sont flétries, puis roulées pour extraire les sucs, puis chauffées afin de neutraliser l’enzyme responsable de l’oxydation. Elles subissent enfin un séchage final. Le chauffage s’effectue selon deux méthodes principales : la méthode chinoise utilise des bassines de cuivre placées sur le feu, alors que les Japonais passent les feuilles à travers des jets de vapeur. » Source Wikepedia

Le thé noir, quant à lui, subit une oxydation complète (fermentation complète). Le thé noir peut être produit par le procédé orthodoxe qui donne un thé en feuilles entières ou brisées, et également par le procédé du CTC, « crushing-tearing-curling » qui signifie broyage-déchiquetage-enroulage, un processus mécanique qui transforme la feuille de thé en toutes petites perles destinées aux thés en sachets. Le thé noir contient plus de caféine que le thé vert ou l’Oolong.

Le thé Oolong est un thé qui a subi une oxydation incomplète. Il se situe entre le thé noir à oxydation complète et le thé vert très peu oxydé. Ce type de thé est sans amertume.

Seuls les thés noirs sont gradés. Au Rwanda, on trouve principalement le thé noir qui est gradé primaire et secondaire :

Grades primaires

  • PF1 Pekoe Fannings 1 : petites feuilles produites avec le procédé du CTC qui donne un thé fort, idéal pour les sacs de thé.
  • PD Pekoe Dust
  • D1 Dust 1
  • BP1 Broken Pekoe 1

Grades secondaires

  • D Dust
  • F1 Fannings 1
  • BMF Broken Mixed Fannings
  • BMFD Broken Mixed Fannings Dust

Champs de thé à Nyungwe au Rwanda

Pour les Rwandais, le thé noir avec beaucoup de sucre et de lait, est un breuvage très apprécié. Les enfants commencent à en boire à un très jeune âge. Le petit-déjeuner se résume souvent, dans les foyers rwandais, à une tranche de pain accompagnée d’une tasse de thé. Au pays des mille collines, le thé est beaucoup plus populaire que le café.

Aussi, lors d’un séjour au Rwanda, il est essentiel de rapporter chez soi un peu de thé des mille collines. Les prix varient d’une entreprise à l’autre, mais restent très abordables (+/- 300 frw (100 g), 630 frw (10 infusettes X 2g), 800 frw (250 g). Des entreprises telles Sorwathe et Rwanda Mountain Tea font également de jolis emballages-cadeaux avec les paniers traditionnels rwandais (peace basket).

« Tea is a cup of life! » (auteur inconnu). N’hésitez donc pas à apporter avec vous le thé du Rwanda, vous pourrez savourer un peu de la vie des mille collines!

« There is no trouble so great or grave that cannot be much diminished by a nice cup of tea. » Bernard Paul Heroux

D’autres souvenirs du Rwanda:

Advertisements

7 réflexions sur “Souvenirs du Rwanda: le thé des mille collines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s