Souvenirs du Rwanda: le thé des mille collines

Dans ce troisième article de la série « souvenirs du Rwanda », j’aimerais vous faire déguster ou du moins apprécier, le thé du Rwanda. Le thé est le deuxième breuvage le plus consommé au monde, après l’eau! C’est à la fin du XIXe siècle que les premiers champs de thé on fait leur apparition en Afrique. Les Anglais, pour s’assurer un approvisionnement varié, développèrent les premières cultures de thé en Afrique du Sud. Plus tard, les colons allemands expérimentèrent la culture du thé sur les pentes du Mont Cameroun (Cameroun), ainsi qu’en Tanzanie. Au cours du XXe siècle, d’autres pays africains tels que le Kenya, le Zimbabwe, le Mozambique, l’Ouganda, l’Éthiopie, le Malawi et le Rwanda, se sont convertis à la culture du thé. Aujourd’hui, le continent africain représente un acteur important dans le marché mondial du thé.

Le théier (Camellia sinensi) pousse dans les régions au climat chaud et humide, qui bénéficient de préférence de pluies régulières réparties sur toute l’année. Le Rwanda avec son sol acide et volcanique ainsi que ses conditions climatiques tempérées favorisent la culture du thé, particulièrement dans les régions des montagnes occidentales et méridionales. Les premières cultures de thé au Rwanda remontent aux années 1950, près de Cyangugu.

 Champs de thé à Nyungwe au Rwanda

Lire la suite

Publicités

Le Parc National de l’Akagera: un safari au Rwanda

Le Parc Akagera est situé à l’est du Rwanda, à la frontière de la Tanzanie. C’est la rivière Akagera qui sépare les deux pays. À partir de Kigali, il faut compter environ deux heures de route. Le Parc Akagera a été créé en 1934. À cette époque, le parc mesurait près de 2 700 km². Suite au génocide, en 1997, le parc fût réduit afin que les réfugiés qui revenaient de la Tanzanie et de l’Ouganda obtiennent des terres cultivables. Aujourd’hui, le parc couvre une superficie de 1 100 km². Il est visité par plus de 15 000 touristes chaque année.

Le Parc National de l’Akagera est ouvert tous les jours de 6h30 à 18h. Deux entrées vous permettent d’y accéder: celle au Sud est située à Kiyonza et celle au Nord à Kirara. Le type de végétation qu’on y trouve est très différent du reste du Rwanda. Ici, les collines font place aux plaines et la savane remplace la verdure. L’intérêt de visiter cet endroit est donc d’y découvrir une faune riche et diversifiée.

Troupeau de buffles dans le Parc National de l’Akagera

Dans le Parc National de l’Akagera, on peut voir des troupeaux d’éléphants, des buffles, des girafes, des zèbres, une douzaine d’espèces d’antilopes, dont l’impala et le topi, des hippopotames, des crocodiles, et si vous êtes chanceux vous croiserez peut-être un léopard ou une hyène tachetée. Les amoureux d’ornithologie sont choyés puisqu’on peut observer plus de 500 espèces d’oiseaux dont l’aigle pêcheur, le merle métallique, le calao nasique, le vanneau du Sénégal, le bec en sabot du Nil et le gonolek des papyrus.

Lire la suite

Journée mondiale pour un tourisme durable: 1er juin 2011

Depuis le début de ce blogue, c’est la première fois que j’aborde le thème du tourisme durable. Pourtant, il est le fondement du INZU Lodge. Ce projet d’écolodge au Rwanda me tient à cœur, car je crois que les Rwandais seront les premiers à en profiter. Le moment est propice pour aborder ce sujet puisqu’aujourd’hui a lieu la 5e édition de la Journée mondiale pour un tourisme durable. Généralement célébrée le 2 juin, elle a été reportée le 1er, puisqu’en France le 2 sera férié.

Mais qu’est-ce que le tourisme durable ? Pour la Coalition Internationale pour un Tourisme Responsable, le « Tourisme Responsable se définit comme l’application du concept de Développement Durable auprès du secteur du Tourisme. Ainsi, le Tourisme Responsable désigne toute forme de développement, d’aménagement ou d’activité touristique qui respecte et préserve à long terme les ressources naturelles, culturelles et sociales et contribue de manière positive et équitable au développement et à l’épanouissement des individus qui vivent, travaillent et séjournent dans ces espaces. » Bref, la notion de tourisme durable reprend les trois concepts piliers du développement durable, à savoir les aspects environnementaux, sociaux et économiques de la vie en société, adaptés à ce secteur particulier. Lire la suite