Au coeur du umudugudu (village) !

Une autre semaine qui vient de se terminer dans la vie paisible de Gisenyi. Ici, le temps s’écoule tranquillement, au même rythme que les chèvres broutant l’herbe toute la journée. Par contre, pas le temps de s’ennuyer! Foot groupeÇa non! Tous les samedis matins, séance de foot avec une cinquantaine de jeunes, petits et grands, du village. Ils sont incroyablement doués. C’est pieds nus qu’ils courent comme des gazelles sur un terrain raboteux et un gazon sec comme de la paille. Mais rien ne les arrêtent. On jurerait qu’ils se sont entraînés toute leur vie. Mais ce n’est sûrement pas à force de voir les grandes stars internationales puisque l’électricité est quasiment inexistante au village, tout comme l’eau courante d’ailleurs. C’est un profond plaisir de les regarder jouer, manipuler le ballon comme si celui-ci était aimanté à leur pied. Et le tout sur l’œil attentif de Muvunyi, le chef du village. Moi qui avait imaginé le chef vieux, avec la barbe longue, peu enclin à sortir de chez lui… Quelle drôle d’idée de Muzugu*!!! J’était complètement dans le champs! Il est jeune, dynamique et hyper impliqué auprès de sa communauté. Et toujours présent. Faut le voir prendre son rôle d’arbitre au sérieux pendant nos séances de football, où sans arrêt il encourage les joueurs et leur donne de judicieux conseils techniques. Lire la suite

Publicités

Sept mois au pays des mille collines: bilan du INZU Lodge

Dans mon dernier bilan, je vous faisais part de ma « fatigue » culturelle. Ce n’est pas toujours facile de s’adapter à un nouveau pays et à une culture très différente de la nôtre. Mais heureusement, en juillet, j’ai eu la chance de me reconnecter avec les raisons pour lesquelles j’aime le Rwanda. Une de ces raisons est la beauté du Rwanda. En kinyarwanda on dit: « Rwanda Nziza ».

Je suis donc allée, avec des amies, visiter le Parc National de Nyungwe. Je n’avais jamais vu cette région du Rwanda. Comme pour tout le reste du pays, j’ai été époustouflée par l’abondance et la richesse de la végétation ainsi que la diversité de la faune. Pendant trois jours, j’ai parcouru (à m’en donner mal aux cuisses) plus de 25 km de piste à travers la forêt tropicale de Nyungwe. Un bol de nature qui m’a revivifiée! Vous pouvez voir des photos du Parc National de Nyungwe en cliquant ici.

Lire la suite

Le Parc National de l’Akagera: un safari au Rwanda

Le Parc Akagera est situé à l’est du Rwanda, à la frontière de la Tanzanie. C’est la rivière Akagera qui sépare les deux pays. À partir de Kigali, il faut compter environ deux heures de route. Le Parc Akagera a été créé en 1934. À cette époque, le parc mesurait près de 2 700 km². Suite au génocide, en 1997, le parc fût réduit afin que les réfugiés qui revenaient de la Tanzanie et de l’Ouganda obtiennent des terres cultivables. Aujourd’hui, le parc couvre une superficie de 1 100 km². Il est visité par plus de 15 000 touristes chaque année.

Le Parc National de l’Akagera est ouvert tous les jours de 6h30 à 18h. Deux entrées vous permettent d’y accéder: celle au Sud est située à Kiyonza et celle au Nord à Kirara. Le type de végétation qu’on y trouve est très différent du reste du Rwanda. Ici, les collines font place aux plaines et la savane remplace la verdure. L’intérêt de visiter cet endroit est donc d’y découvrir une faune riche et diversifiée.

Troupeau de buffles dans le Parc National de l’Akagera

Dans le Parc National de l’Akagera, on peut voir des troupeaux d’éléphants, des buffles, des girafes, des zèbres, une douzaine d’espèces d’antilopes, dont l’impala et le topi, des hippopotames, des crocodiles, et si vous êtes chanceux vous croiserez peut-être un léopard ou une hyène tachetée. Les amoureux d’ornithologie sont choyés puisqu’on peut observer plus de 500 espèces d’oiseaux dont l’aigle pêcheur, le merle métallique, le calao nasique, le vanneau du Sénégal, le bec en sabot du Nil et le gonolek des papyrus.

Lire la suite